Renault fca

RENAULT ET FIAT EN PASSE DE S’ALLIER ?

  • Par fr_infos
  • Le 26/05/2019
  • Commentaires (0)

Les deux groupes devraient annoncer très vite leur entrée en négociation. Ils pourraient effectuer un rapprochement de capital d’ampleur.

C’est une annonce qui devrait faire du bruit dans le monde de l’industrie automobile. Le Figaro révèle aujourd’hui que les groupes Renault et Fiat-Chrysler (FCA) devraient très vite officialiser leur entrée en négociation. Cela pourrait même intervenir dès demain où un conseil d’administration de Renault est convoqué à 8h. Le Financial Times avait déjà révélé, hier, des discussions entre les deux constructeurs. Elles porteraient sur un important rapprochement capitalistique pour ces deux groupes dont les valeurs en bourse sont proches : 15 milliards d’euros pour la marque au losange et 18 milliards pour FCA.

Si ni Renault ni Fiat-Chrysler n’ont fait de commentaire sur ces annonces, une source proche du dossier et citée par BFMTV, fait état de "discussions avancées pour établir une forme de coopération". Les négociations pourraient conduire à intégrer FCA au sein de l’Alliance formée par Renault avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi. Un rapprochement qui ferait de la nouvelle structure le numéro 1 mondial de l’automobile. Une place que se dispute régulièrement l’Alliance avec l’allemand Volkswagen.

Bienvenue sur VAMEDIAS

Reste pour Renault et Fiat-Chrysler à convaincre Nissan d’approuver ce rapprochement alors que les tensions avec le constructeur français sont fortes. Le Figaro rappelle que ces dernières semaines, les Japonais ont refusé toute négociation de rapprochement avec la marque au losange, s’opposant à la fois à toute prise de contrôle de Nissan et à toute négociation d’un mariage à 50-50 qu’ils jugent incompatible avec sa taille très supérieure à celle de Renaut.

Cependant, ces discussions pourraient également aider l’Alliance Renault-Nissan, en changeant le rapport de force. Les négociations entre le constructeur français et FCA pourraient donner du temps à Nissan pour opérer son propre redressement et envisager l’avenir plus sereinement. Du côté du groupe italien, l’ouverture du marché asiatique, via Nissan, représente un atout de poids dans son intérêt pour le constructeur Renault. Reste à savoir si les négociations parviendront à aboutir. Selon BFMTV, il y a trois ans, Carlos Ghosn aurait déjà participé à des discussions pour une possible fusion, mais avait rencontré l’opposition du gouvernement français. Par ailleurs, des rumeurs évoquaient en début d’année des discussions entre Fiat et PSA-Opel. Ces dernières n’ont jamais abouti.

Bandeau vm infos

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire