Rouge gorge

Le trafic d’espèces d’oiseaux protégées a beau être en perte de vitesse, le commerce reste lucratif en région PACA et en Corse

Logo varmedias infosDes agents de la protection de la faune sauvage ont découvert chez un particulier du Var 1 903 pièges à passereaux, 75 cadavres d’oiseaux et 12 chardonnerets vivants. La vente illégale de ces animaux à des collectionneurs ou aux amateurs de leur chair rapporte beaucoup d’argent.

 

Les inspecteurs de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont découvert, le 13 janvier, 1 903 pièges à passereaux et 75 cadavres d’oiseaux chez un habitant de La Crau (Var). Il s’agissait principalement de rouges-gorges, plumés et placés au congélateur, rapporte Le Figaro.

Douze oiseaux vivants, des chardonnerets tarins des aulnes attrapés à la glu, ont aussi été saisis. Les animaux ont été relâchés et les policiers souhaitent désormais identifier les clients de l’occupant du logement de La Crau, où 17 armes de chasses ont également été retrouvées.

Les chardonnerets représentent « un commerce international très important et lucratif, explique le délégué général de l’ONCFS, Eric Hansen. Les effectifs sont en forte diminution, très recherchés par les collectionneurs. […] Un seul spécimen peut se négocier plusieurs milliers d’euros s’il est bon chanteur. » Quant aux passereaux, il faut compter « 30 à 40 euros pour un rouge-gorge qui se ''déguste'' généralement en brochette », poursuit le spécialiste. Soit des tarifs qui concurrencent le commerce de cannabis sur le territoire français.

L’ensemble des personnes impliquées dans ce trafic risquent des peines allant jusqu’à deux ans de prison et 150 000 euros d’amende. Ce commerce illégal est en perte de vitesse et les découvertes du genre restent exceptionnelles. « Je n’avais jamais vu cela de ma vie, confie Eric Hansen. Nous faisons quelques procédures dans l’année pour éradiquer ce type de comportement, heureusement il devient rare. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !