Station essence

La répression des fraudes vient d’épingler des centaines de stations essences pour un affichage trompeur des prix à la pompe.

Des anomalies. C’est le résultat d’une enquête menée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) auprès de 1.934 stations-service, soit 20% du parc français. Selon l’administration, plusieurs installations ne respectent pas l’obligation quotidienne d’affichage des tarifs en ligne : de nombreuses incohérences sont ainsi à signaler entre les prix annoncés sur Internet et ceux réellement pratiqués à la pompe.

Selon un arrêté relatif à la publicité des carburants, “tout exploitant distribuant plus de 500 mètres cubes de carburants par an est tenu d’informer les consommateurs sur les prix pratiqués via la plateforme gouvernementale www.prix-carburants.gouv.fr”, rappelle le ministère de l’Économie sur son site. Pour les récalcitrants, les contrôles de la répression des fraudes ont donné lieu cette année à “332 avertissements et 34 injonctions, pour des défauts ou des erreurs de saisies des prix”.

Confrontés à une possible hausse des prix de l’essence, à la suite d’une attaque de drone sur des installations pétrolières en Arabie saoudite, de nombreux utilisateurs utilisent la plateforme gouvernementale pour trouver les prix les moins chers. Selon Bercy, la fréquentation du site était de huit millions de personnes en 2018, soit une hausse de +34% par rapport à 2017. Prudence donc : malgré l’affichage officiel, certaines stations ne sont pas toujours dans les clous.

Vm infos toute l info en direct

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire